association française des utilisateurs d’hélicoptères sanitaires hospitaliers
Connexion | Contact
/medias/images/slider-home/1.jpg
/medias/images/slider-home/d.jpg
/medias/images/slider-home/amiens3.jpg
/medias/images/slider-home/helico.jpg
/medias/images/slider-home/soleil.jpg
/medias/images/slider-home/samu.jpg
/medias/images/slider-home/jauneclair.jpg
/medias/images/slider-home/plexi.jpg

L'année de la transition

par Nicolas Letellier & Christophe Boyer

C’est avec le sentiment du devoir accompli que j’ai eu la très grande joie de confier ma chère AFHSH en parfait état de marche et pleine de projets innovants à une nouvelle équipe jeune et pleine d’envie. Même si on est heureux lorsqu’on mène sa fille à l’autel pour la confier à un autre que soi, on n’en a pas moins un sévère  pincement au cœur. Pour tenter une ultime fois de conserver le cap, j’ai rédigé un testament politique en forme de « conte ». Texte scandaleux, dérangeant, iconoclaste, destiné à faire réagir les acteurs de l’HEMS français pour éviter ce mal absolu qu’est l’immobilisme. Lisez, critiquez, amendez le « Président barbu » mais de grâce évoluez !

Bonne chance au Président Boyer et à son équipe, que je continuerai à aider s’ils le souhaitent. Qu’ils se souviennent que mon maître fut le grand Charles Schmitt et que, par conséquent, je garderai mon franc-parler et ma capacité de râler contre « le diable et son train » si les choses n’allaient pas assez vite, assez loin, assez bien.

Nicolas Letellier

 « L’homme doit il s’adapter à la machine ou la machine à l’homme ? » (Hannah Arendt)

La réponse est évidente, si évidente et pourtant …

L’arrivée annoncée des assistants de vol a brutalement bouleversé le paysage héliporté SMUR. Cette mesure à visée sécuritaire a imposé une « masse » supplémentaire à laquelle les SAMU ont du s’adapter.

Sur le plan opérationnel, certains SAMU ont vu leur autonomie, pour une même mission, diminuer, imposant un avitaillement supplémentaire, allant jusqu’à dans quelques cas extrêmes interdire la mission. Cette situation rendant d’autant plus aiguë la problématique des avitaillements en carburant. Pour d’autre, cela a imposé de faire un choix dans les membres de l’équipe SMUR à embarquer et c’est naturellement l’interne ou l’élève infirmier en formation qui n’a plus participé à la mission, révélant la problématique de la formation des générations futures.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites.